Un peu d’histoire…

L’arrivée des premiers Frères

L’enseignement secondaire est implanté en 1872 par les abbés Dessus et Ballon. L’ouverture du Collège Colonial est décidée par un Arrêté de l’Ile de la Réunion le 21 Floréal an 111. Il ferma ses portes en 1797.

A la reprise de l’île aux Anglais, le 6 avril 1815, l’enseignement secondaire n’a pas recommencé, malgré l’ouverture en 1812 d’un collège de garçon ouvert par le Sieur Gallet débarqué depuis 1806. C’est dans ce contexte et après tous ces essais que les Frères des écoles Chrétiennes et les Sœurs de Saint Joseph de Cluny arrivèrent à Bourbon en 1817. Le 18 mai 1817, 6 frères des écoles Chrétiennes et l’instituteur Bernard, débarquent à Saint-Denis.

Bourbon passe de l’enseignement individuel à l’enseignement simultané.

Dès 1817, les Frères des écoles Chrétiennes ouvrent leurs premiers établissements gratuits d’enseignement à Saint-Denis, à Saint-Paul et à Saint-Pierre. Ils s’installent dans l’ancienne école de l’abbé Bellon, actuel Lycée Leconte de Lisle. En novembre 1817, ils sont rue Félix Guyon.

En 1851 : le quartier de Saint Jacques s’est consi­dérablement développé. D’où la création de l’école du butor, à l’emplacement de l’ancien hôpital Saint-Jacques.

En 1858, les Pères Jésuites avaient créé le collège Sainte-Marie, situé entre les rues la Fontaine, rue Montreuil et rue Dauphine, autre­ment dit à l’endroit où se trouve le collège Saint-Michel (la rue Mgr de Beaumont a remplacé la rue la Fontaine, et la rue du Général de Gaulle a remplacé la rue Dauphine). Les bâtiments, à l’ori­gine, étaient en bois. Ils furent saccagés par les émeutiers de 1868. En 1870, le collège des Pères Jésuites est fermé.

En 1883 fut fon­dée la Société Civile Saint-Michel. Parmi les fonda­teurs se trouvent plusieurs membres des familles De Villèle, Desbassyns, Laperrière, … Cette société achète la propriété et confie cet établissement aux Frères pour la rentrée scolaire d’octobre 1894. La société des Anciens élèves a fait élever, à la mémoire de Fr. Gervais-Marie, premier Directeur de cet établissement et mort en 1896, un monument commémoratif surmonté du buste de Saint Jean-Baptiste de la Salle.

En 1900, les Frères sont obligés de lâcher Ieur collège. Ce sont alors des années de dur sectarisme. Le collège devient école primaire.

A l’entrée du collège se trouvait une petite chapelle très fréquentée et dédiée à Sainte Thérèse l’Enfant Jésus et de la Sainte Face. Souvenir disparu ?

Issue d’une histoire

En 1946, le Frère Xénophon Denis, Visiteur auxiliaire, décide de créer un « nouveau» collège Saint-Michel. Dans cette même année il fait poser la première pierre. Le grand verger deviendra le «Stade Saint-Michel». Deux cyclones terribles en 1946 et 1948 vont quasiment anéantir les bâtiments existants. Il ne restera debout que les quatre murs de la chapelle.

Frère Denis mettra 14 ans pour reconstruire le nouveau collège en béton armé. Des améliorations se feront par la suite, comme par exemple l’aménagement d’un étage au-dessus de l’actuel self-service pour réaliser les classes de technologies en 1989, la transformation des anciennes chambres des Frères pour y accueillir des classes de 4ème et 3ème et, en 1992, la construction sur les ruines de la chapelle de l’actuel bâtiment administratif et de la salle de permanence. Dans le même temps, la ville de St Denis fait construire les tribunes et aménage le stade de St Michel.

Frère Denis a « sa rue » en face du collège en 1994. Outre son buste au milieu de la façade, une stèle fut élevée en souvenir grâce à une souscription des anciens élèves de St Michel.

Chaque année le collège accueille un nombre croissant d’élèves pour atteindre aujourd’hui plus de 1.400 élèves.

Face à cette augmentation, pour dynamiser les structures et mieux répondre aux besoins éducatifs actuels, de nombreux travaux continuent à y être effectués (extension du restaurant, réhabilitation des bâtiments, création de laboratoires, de salles de musique, d’arts plastiques, …). D’autres projets sont à l’étude…

Cette évolution du collège a pu s’effectuer grâce aux efforts conjugués des Frères, des membres de l’OGEC, des parents et de nombreux personnels.

3 réponses sur “Un peu d’histoire…”

  1. moi j’ai fréquenté cette école de 57 à 1969 j’avais comme prof le frere Pascal frere Emile les 2 que je me souviens frere emile pour le foot c’est un souvenir que je ne peux oublier
    mes copains tarane , grondin , mathurin , et bien d’autres gence Alain

  2. Bonjour,
    J’ai fréquenté cet établissement de 1944 à 1954 du CE1 à la 3e.
    J’y ai toujours gardé un merveilleux souvenir. Les noms de certains frères sont à jamais gravés dans ma mémoire : frères Pierre, Siméon, Justin, Eugène, Paul, Georges, Vincent pour ne citer qu’eux.
    J’aurais aimé revoir la photo des élèves de 1952 et 1953 si possible.
    Mes anciens amis, copains d’école, ont la plupart disparu.
    Amitiés
    Raymond Moïmbé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *